Histoire de prendre plaisir à se cultiver

Sab's pleasures

loveinvain

Au menu du jour, un biopic consacré au musicien Robert Johnson (1911-1938), bluesman le plus célèbre de tous les temps parait-il et dont j’ignorais, honte à moi, l’existence. Youtube me permet donc de combler quelques trous dans ma culture musicale depuis quelques jours et de découvrir la signature de celui qui voulait qu’on l’enterre « au bord d’une route, sur le bas côté, pour que le démon » qui l’habitait « puisse prendre un bus et filer ».
L’album se lit comme une tragédie, ce qui explique peut-être le choix du noir et blanc, qui apporte beaucoup de classe et de gravité au scénario. Entre l’ombre et la lumière se dessine le parcours de ce môme du Mississipi, pays sudiste qui porte encore les stigmates de l’esclavage et qui considère les musiciens comme des parias.
Abandonné par son père, il grandit auprès de sa pauvre mère avant leur départ pour Memphis. Balloté de ville…

View original post 351 mots de plus

Publicités