Etude de la lettre dite du voyant : Arthur Rimbaud à Paul Demeny

La première idée importante développée dans cette lettre concerne la nature du poète. Quelques jours auparavant, Rimbaud a écrit à Izambard qu’on ne devient pas poète. Selon lui cela relève de l’inné : « on né poète ». D’après ce que suggère l’expression « qui veut être poète », ce don doit être cultivé, travaillé (au sens de torturé) comme s’il fallait s’oublier pour devenir un autre : « Je est un autre ».

  • il s’agit d’abord de se connaître : verbes appartenant au champ lexical de l’étude : inspecte/ tente/ apprend.
  • Cela suppose que l’on sorte de soi : « faire l’âme monstrueuse » + allusion aux comprachicos ou image des verrues. Idée d’une certaine distorsion de l’âme du poète.
  • Le poète deviendra alors vraiment un être extraordinaire, différent du commun des mortels.

La seconde idée est celle de la voyance.

  • l’emploi de l’adjectif voyant appliqué au poète réfère au poète mage. Rimbaud semble s’inscrire dans la continuité de Victor Hugo qui concevait le poète comme un prophète, capable de voir ce que les hommes ne perçoivent pas. Rimbaud emploie le terme de « visions ».
  • Mais jeu sur le double sens du mot. Il est aussi voyant au sens où on le remarque notamment parce qu’il détonne au milieu des hommes (figure monstrueuse).
  • L’expression « long et immense dérèglement de tous les sens » va dans le sens de cette monstruosité. Un tel dérèglement est peu compatible avec la société et ses normes (mention de la folie et du terme poisons au pluriel).

Son caractère hors norme est souligné par une série d’hyperboles :

  • l’âme monstrueuse/ le suprême savant
  • multiplication de l’adjectif « tous/ toutes »
  • anaphore de grand : « le grand malade, le grand criminel, le grand maudit ».
  • cette malédiction rappelle Baudelaire.

Cette monstruosité lui permet d’accéder à la connaissance : « Car il arrive à l’inconnu » (répété 2 fois).

« le voleur de feu » : allusion au mythe de Prométhée (vol du savoir divin)

« Il est chargé de l’humanité » : rappelle la mission civilisatrice d’Hugo. Mais il a aussi mission de création.

Idée d’une poésie matérielle : sentir, palper

Jeu sur le polyptote « forme » laisse entendre que tout a sa place en poésie, même le laid et le monstrueux (informe).

Pour parvenir à ce degré d’expression, il lui est nécessaire de « Trouver une langue » « de l’âme pour l’âme ».

Allusion aux synesthésies : résumant tout, parfums, sons, couleurs.. »

L’expression « multiplicateur de progrès » rappelle aussi Hugo

Donc une lettre programmatique dans laquelle Rimbaud marque ses filiations avec Hugo et Baudelaire, mais se démarque aussi par l’incroyable énergie qui s’en dégage. Cette omniprésence d’une forme de monstruosité fait du poète un individu à part animé par une volonté iconoclaste..

Publicités