Sab's pleasures

ambassadeurtriste Dans sa dernière publication, Ananda Devi renoue brillamment avec le genre de la nouvelle qu’elle a beaucoup pratiqué à ses débuts. Nombre d’entre elles se déroulent en Inde, terre de contrastes s’il en est. Son œil acéré aspire ainsi à dépasser « la lisière de la réalité ». La grande originalité de ce recueil, construit comme un clair obscur, réside sans doute dans le mélange des registres et des univers. Le recueil s’ouvre sur un ambassadeur du pays des fjords, qui déprime au plus haut point depuis qu’il est en poste à New Dehli. Trop de contrastes, d’inertie et d’agitation à la fois, trop de hiérarchie lui semblent si insurmontables qu’il s’étiole au fil du temps. Sa tristesse est si intense, qu’elle n’a pas de sens et pourtant…. il lui est impossible de s’en plaindre non plus : « il n’y a qu’un connard riche pour avoir le culot de geindre sur sa…

View original post 708 mots de plus

Publicités