Présentation de Voltaire et de son conte philosophique Candide

Candide, publié en 1759, est sans doute l’œuvre la plus connue et la plus lue de Voltaire. Elle est fortement liée à l’actualité de son temps: les allusions à des événements contemporains abondent.

– En France: monarchie absolue de droit divin. Règne de Louis XV. Absence liberté politique et importante censure. Absence de liberté religieuse: le catholicisme est religion d’Etat. Les protestants sont pourchassés. Absence de liberté économique. Cependant l’esprit des Lumières s’y répand (il vise au progrès du genre humain. Entreprise de Encyclopédie menée notamment par Diderot et d’Alembert). La tentative d’attentat de Damiens contre Louis XV en 1757 génère un durcissement du pouvoir, qui mène une cabale contre les philosophes.

– En Europe: conflit entre la France et l’Angleterre et entre la France et la Prusse. De 1756 à 1763, la guerre de Sept ans ravage l’Europe et se joue aussi dans les colonies (Indes, Canada). C’est une guerre quasi mondiale pour l’époque qui horrifie Voltaire (boucherie héroïque). Pourtant la philosophie de l’Optimisme de Leibniz et le Providentialisme de Pope marquent le siècle. Le 1er novembre 1755 : tremblement de terre de Lisbonne.

– Dans le monde: partage du monde entre les différents pays d’Europe (Hollande, Angleterre, France, Portugal et Espagne). Importantes rivalités coloniales. Développement du commerce triangulaire (esclavage).

L’œuvre se présente comme un cri, emprunt d’humour et d’ironie, face à l’accroissement des violences, des injustices et des fanatismes.

Qui est Voltaire (François-Marie Arouet, 1694-1778)?

Il est né à Paris en 1694 et y demeure jusqu’à l’âge de 30 ans. IL bénéficie de l’enseignement des Jésuites (d’où son goût pour le théâtre). Il fréquente ensuite les salons libertins où il se fait remarquer. Il est exilé en province en 1716, puis emprisonné à la Bastille de mai 1717 à avril 1718. C’est cette année là qu’il adopte le pseudonyme de Voltaire. Désireux de devenir homme de lettres, il se fait d’abord connaitre comme dramaturge notamment avec Oedipe en 1718. Il s’adonne également à la poésie épique. De 1726 à 1728 il s’exile en Angleterre (après une rixe avec un noble). C’est l’occasion pour lui de découvrir un autre modèle de société: libéralisme politique et économique (parlement + capitalisme) libéralisme religieux (liberté de culte). Il découvre aussi Shakespeare, Swift, les philosophes Pope et Clarke, ainsi que des scientifiques comme Newton. A son retour il publie en 1729 Les lettres anglaises ou philosophiques. De 1733 à 1744 il entretient une relation amoureuse avec la marquise Emilie du Chatelet. Il devient progressivement un philosophe. 1745 voit son retour en grâce: il est nommé historiographe du roi avant d’être élu à l’Académie Française en 1746. Puis ce sera de nouveau la disgrâce qui s’ajoute à la mort de Mme du Chatelet en 1748. Il se tourne aussi vers un autre genre littéraire: le conte. En 1748 il publie Zadig, en 1752 Micromégas. Depuis quelques années, le prince héritier Frédéric II de Prusse aspire à le faire venir à ses côtés. Voltaire qui rêve d’un despotisme éclairé, accepte sa proposition et se rend à Berlin. Mais il se brouille très vite avec le monarque. De 1753 à 1778 il s’installe en Suisse. A partir de 1759 il se lance dans un véritable combat contre l’Infamie (le cléricalisme). En 1763 il publie Le Traité sur la tolérance, et en 1764 la première version du Dictionnaire philosophique. Il est de plus en plus engagé dans les luttes de son temps: affaire Calas (obtient sa réhabilitation) puis affaire du Chevalier de la Barre. Voltaire devient un dieu vivant. Louis XV meurt en 1775 si bien que Voltaire revient à Paris en février 1778. Il y connaît un véritable triomphe. Il meurt à Paris en mai laissant une œuvre colossale.

A propos de Candide:

– l’optimisme: terme nouveau lancé en 1737 à partir de l’œuvre philosophique de Leibniz qui s’intéresse à la question du mal dans le monde. A l’époque les philosophe distinguent: le mal physique d’origine naturelle (maladie, séisme, tempête…)/ le mal moral, d’origine purement humaine (viol, vol, guerre…) / Le mal métaphysique qui tient à la nature imparfaite et éphémère de l’homme.

– Pangloss: reprend à son compte la pensée de plusieurs philosophes. Celle de Leibniz qui cherche à innocenter Dieu de l’existence du mal. Pour lui Dieu est parfait, le monde n’étant pas Dieu il est imparfait; cependant notre monde reste le meilleur des mondes possibles puisque Dieu, dans sa grande sagesse, a forcément choisi le meilleur. Le mal est vu comme un élément nécessaire. Voltaire a adhéré un temps à ces idées qu’il cherche à combattre en 1759.

Le conte, comme forme libre, semble le genre approprié pour mener ce combat. Il opère comme une parodie:

– du roman picaresque: aventures d’un jeune homme d’origine obscure (ici un bâtard) qui se lance sur les routes du monde. Candide est un bâtard chassé du paradis terrestre (château du baron) et contraint de se confronter au monde et à toutes les couches de la société.

– du roman d’éducation (formation ou apprentissage): jeune garçon confronté à des expériences formatrices multiples, qui dé par des mentors (Pangloss, Martin..).

– du roman sentimental: jeune ingénue Cunégonde, scènes de retrouvailles…

– du roman comique: invraisemblances, multiplication des péripéties

– du roman à histoires (récit cadre/ récits encadrés): histoires secondaires comme le récit de la vieille.

Le conte est aussi une arme contre l’infamie: satire religieuse et politique. Dénonciation de toutes les formes du mal.

Publicités