Méthode de la dissertation

La dissertation est un travail d’argumentation qui invite à développer une réflexion organisée et personnelle à partir des problématiques littéraires issues des OE au programme. Il s’agit de répondre à un sujet. Pour développer votre argumentation vous devez vous appuyer sur les textes du corpus, sur ceux que vous avez étudiés dans l’année, sur vos lectures personnelles mais aussi sur votre connaissance de l’OE.

I – Première étape : l’analyse du sujet

Vous devez prendre le temps de lire attentivement les termes de l’énoncé. L’idéal est de recopier le sujet sur votre brouillon, puis de souligner les termes importants du sujet. Définissez ces termes et analysez les connecteurs logiques. Pour analyser les termes d’un sujet vous pouvez vous appuyer sur l’étymologie, la composition du mot, sur ses sens propres et figurés. Il est utile de relire ce sujet plusieurs fois afin de tenter de dégager une problématique en vous demandant ce qui fait l’intérêt de la question posée. Mettez ce sujet en relation avec l’objet d’étude. La problématique est le questionnement auquel la dissertation est censée apporter une réponse. Il est souvent inclus implicitement dans le sujet.

II – Deuxième étape : la recherche des idées au brouillon

Notez au brouillon toutes les références d’œuvres qui sont susceptibles de vous être utiles pour le sujet. Soyez précis et citez les titres exacts, les noms des auteurs, les passages dont vous vous souvenez. Il s’agit de faire un inventaire. Parallèlement reportez-vous au corpus et cherchez dans les textes des éléments susceptibles de vous aider. Relisez les extraits, utilisez les analyses que vous avez faites pour répondre à la question sur le corpus.

Notez également les idées ou éléments de réponse liés à l’OE comme ils vous viennent à l’esprit. Appuyez-vous alors sur vos connaissances théoriques sur l’OE.

III – Troisième étape : l’élaboration du plan

La recherche des idées aura théoriquement fait émerger des grandes directions qui pourront constituer vos différentes parties et sous-parties. La dissertation est un travail structuré construit sur un plan que le lecteur doit pouvoir repérer aisément. Vous devez adapter votre plan au sujet : le plan dialectique (thèse, antithèse, synthèse ou dépassement du sujet) n’est pas efficace pour tous les sujets. Il est particulièrement adapté aux sujets qui vous invitent à confronter deux points de vue opposés. Si le sujet invite à discuter un point de vue on adoptera un plan qui dans une 1ère partie admettra le point de vue, puis cherchera ensuite à le nuancer à l’aide d’une concession (Certes … Mais). On parle dans ce cas de plan analytique. Si le sujet invite à définir une notion ou à apporter des réponses à une question sur un thème, un choix, on adoptera un plan thématique. Rappelez-vous qu’on part toujours du plus évident pour aller vers le moins évident.

Une fois ce plan élaboré au brouillon, reprenez vos différentes, supprimez celles qui ne vous paraissent pas efficaces, et voyez dans quelles parties vous exploiterez celles que vous conservez (soit vous travaillez sur 3 feuilles, une par partie, soit vous numérotez vos idées avec des repères comme IA ; IIC). Une fois ce tri opéré vous n’avez plus qu’à rédiger.

IV – L’introduction :

Elle consiste en un paragraphe unique et comporte 4 étapes. La 1ère phrase = une amorce qui amène le sujet. Ensuite vous devez présenter le sujet (en le recopiant s’il n’est pas trop long). Expliquez alors ce que le sujet signifie de façon à parvenir à la formulation de votre problématique. Dans une dernière étape vous devez annoncer votre plan.

V – Le développement :

Ne le rédigez pas entièrement au brouillon ? Veillez à bien suivre votre plan. Ne pas annoncer les titres de vos parties, le lecteur doit les repérer d’un simple regard. Passez une ligne entre chaque partie. Développez un grand argument par paragraphe. Délimitez chaque paragraphe avec un alinéa et pensez à recourir à des articulations logiques (connecteurs).

Introduisez chaque partie à l’aide d’une phrase. Vous conclurez également chaque partie par une conclusion intermédiaire. Ménagez des transitions entre vos parties.

Chaque argument doit être illustré par un ou plusieurs exemples précis qu’il s’agit d’analyser, de développer (pas de catalogue d’exemples). Si vous citez des extraits, pensez aux guillemets. Pensez aussi à souligner les titres des livres mentionnés.

V – La conclusion :

Comme l’intro, il est conseillé de la rédiger au brouillon. Elle consiste également en un seul paragraphe et s’organise autour de 3 étapes : faites un bilan de vos différentes parties, répondez de façon synthétique à la question posée, puis trouvez une ouverture originale (littéraire ou cinématographique, ou artistique) qui conserve cependant un lien avec le sujet.

Publicités