Sab's pleasures

« L’hôte », de Jacques Ferrandez, Gallimard Fétiche, 2009

Lhote

Un superbe album inspiré de la nouvelle d’Albert Camus tirée de L’exil et le royaume »
Je salue d’abord la superbe préface de Boualem Sansal, qui rend un hommage vibrant, sensible et intelligent à Camus, « l’Homme de la colline ».
L’album s’ouvre sur une salle de classe algérienne. L’instituteur de cette petite école du bled apprend les fleuves français à une bande d’élèves attentifs. Le soir, après les cours, il procède à la distribution de grain pour être certain qu’ils mangent à leur faim. Célibataire, anonyme, il mène une vie relativement grave et austère, « comme un moine », sur une terre aux couleurs si chaudes que la sécheresse sévit.
« Il n’y a que des pauvres, ici…des fantômes en haillons… »
Son attachement au lieu, à cette terre natale, l’empêche cependant de rêver à un ailleurs moins sec, moins…

View original post 122 mots de plus

Publicités