Sab's pleasures

« L’Homme qui rit », de Jean-Pierre Améris, 2012 HommeQuiRit

Rappelons que « L’Homme qui rit » est un roman philosophique publié par Victor Hugo en 1869.
Adapter une telle œuvre relève du défi. Elle s’impose en effet par son épaisseur, son épisme et une certaine grandiloquence qui n’est pas pour me déplaire. Comment juger alors un tel film ? A l’aune de sa fidélité exacte au texte, ou à celle de ses qualités propres et purement cinématographiques ? J’opte pour la seconde approche.
Le film s’ouvre sur un décor glacial et onirique, une ambiance de carton-pâte fortement enneigée, soumise à un vent qui tient du blizzard. L’image évoque alors les dessins animés et relève d’une certaine artificialité que j’apprécie peu. Mais cela ne dure pas !
Gwynplaine, âgé d’une dizaine d’années, se voit abandonner sur une terre hostile et glaçante par les comprachicos qui sont à la fois ses bourreaux…

View original post 363 mots de plus

Publicités