Sab's pleasures

Voici un film, ou plus exactement un long téléfilm visionné dans le cadre du challenge de Stéphie, du blog Mille et une frasques, « une année en 14 ».
Inspiré d’Alain Scoff, il est signé d’Yves Boisset, qu’on ne présente plus.

affiche-Le-Pantalon-1997-1

Le film s’ouvre sur des images du front. Des trous d’obus gros comme des cratères, des cadavres visités par les rats. Tout un spectacle de désolation sur fond de musique grave. L’aumônier des tranchées tente d’entretenir l’âme et le moral des soldats qui pestent contre la hiérarchie, l’absence de casques dignes de ce nom, les décisions arbitraires et stupides. C’est tout un contraste avec le défilé de mode militaire durant lequel on ergote sur les couleurs salissantes ou non des tenues du paquetage, ou des soirées mondaines chez le général.
Le jeune Lucien Bersot, incarné par Wadeck Stanzack fait partie de la nouvelle vague de mobilisation, mais comme le disent…

View original post 260 mots de plus

Publicités