Sab's pleasures

Une petite relecture aujourd’hui… »Antigone » de Jean Anouilh, publié en 1944. Antigone

C’est dans le contexte de la seconde Guerre Mondiale que le dramaturge Jean Anouilh voit dans le personnage mythique d’Antigone une figure de la Résistance. Il se livre donc à la réécriture de la tragédie de Sophocle, réécriture qui propose aussi à la sagacité du lecteur spectateur tout un métadiscours sur le genre dramatique et l’essence du tragique. Lire cette Antigone, c’est aussi revisiter la définition de l’héroine tragique.`Cette réflexion est amorcée d’emblée avec le prologue surprenant, à la fois personnage et moment du texte.
« Ces personnages vont vous jouer l’histoire d’Antigone. Antigone, c’est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. » « Elle pense qu’elle va être Antigone tout à l’heure… » « Elle s’appelle Antigone et il va falloir qu’elle joue son rôle jusqu’au bout… »
J’affectionne particulièrement ce genre de mise en abyme!
On retrouve évidement l’essentiel…

View original post 239 mots de plus

Publicités