Sab's pleasures

vingt-quatre-heures-de-la-vie-d-une-femme-de-stefan-zweig-a-ete-publie-en-1927« Vingt quatre heures de la vie d’une femme » de Stefan Zweig, 1927

Aux alentours de 1904 le narrateur se trouve plongé dans l’ambiance cosmopolite d’une pension de famille de la Riviera. Les sept pensionnaires se croisent, se livrent à des « Small talks » ; quelquefois les esprits s’agitent aussi.
Cette pension, qui « n’était qu’une dépendance moins chère, du Grand Palace Hôtel » est le théâtre « d’un parfait scandale ». L’arrivée, « au train de 12h20 », d’un jeune Français se distinguant par sa grâce et son amabilité perturbe l’atmosphère feutrée du lieu. « Sa présence était comme un bienfait », « à toutes les tables on parlait uniquement de lui et l’on vantait son caractère agréable et gai. ». Or, un soir, Mme Henriette, une épouse jusque là fort respectable, disparaît. Tous se démènent pour la retrouver jusqu’à ce que son mari leur expose son…

View original post 681 mots de plus

Publicités